Les archéologues en Asie centrale: de Kaboul à Samarcande

1/26

Svetlana Gorshenina et Claude Rapin

Les archéologues en Asie centrale: de Kaboul à Samarcande

Paris: Découvertes Gallimard, 2001, n° 411, 160 p.

Traduction en turc: Kâbil’den Semerkand’a. Arkeologlar Orta Asya’da, Istanbul: Yapi Kredi Yayinlara, 2006.

 

Gallimard éditions

 

Terre d'échanges privilégiés entre les mondes méditerranéen, slave, turc, iranien, indien et chinois, l'Asie centrale a été le creuset de synthèses originales de cultures à la fois venues de l'extérieur et formées sur place. La région a vécu sous la domination successive d'empires puissants - Achéménides, Grecs, Parthes, Kouchans, Sogdiens, Turcs, Arabes et Mongols - dont deux siècles de recherches ont révélé l'immense richesse du patrimoine. Samarcande, Bactres, Aï Khanoum, Bamiyan... Au-delà du mythe d'Alexandre le Grand, des contes des Mille et Une Nuits et des récits effrayants des premiers voyageurs, les archéologues ont dévoilé les cités préislamiques prestigieuses qui, de l'âge du bronze au VIIIe siècle, ont vécu au carrefour de toutes les routes transasiatiques, entre Extrême-Orient et Europe. L'historienne Svetlana Gorshenina et l'archéologue Claude Rapin retracent l'histoire ancienne et récente de cette partie du monde.

 

Comptes rendus:

P. Bernard, Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2002, p. 353-355;

Maurice Sartre, «Afghanistan: le monde perdu des archéologues», L’Histoire, 1er janvier 2002;

Lisbeth Koutchoumoff, «Quand l’Afghanistan était une province grecque, radieuse et florissante», le Temps, 5 décembre 2001;

Catherine Bertrand, in Lecture jeune, juin 2002; Bulletin critique du livre français, novembre, 2002;

Étienne de La Vaissière, Abstracta iranica.

Souad Hali (Page web : http://www.parutions.com/pages/1-10-364-2585.html)

Voir également la critique polémique de G.A. Koshelenko.

  • facebook
  • Twitter Round
  • googleplus
  • flickr

2015 © Svetlana Gorshenina-Rapin. Crédits