Projets en cours

coran.jpg
coran.jpg

Enseignement.jpg
Enseignement.jpg

Ossuary.jpg
Ossuary.jpg

coran.jpg
coran.jpg

1/3

The Russian-Soviet Archaeology in colonial and postcolonial situation

the case of Uzbekistan

(1860-2010)

 

 

Located at the intersection of history, epistemology, archaeology and art history, this multi-disciplinary project proposes to explore the history of Russian and Soviet archaeology in Uzbekistan from the perspective of a colonial situation in the region. In addition to offering a chronological reconstruction of the main excavations, it will examine epistemological, sociological and political aspects of the archaeological studies. In particular, the project will consider how Russian/Soviet archaeology  contributed to the invention of often ideologically-determined historical traditions, which, to some extent, continue to influence nation-building and other political processes in Uzbekistan even..

1/4

Observatoire Alerte Héritage: pour une protection du patrimoine centrasiatique

 

 

L’Observatoire de l’Héritage culturel d’Asie centrale Alerte Héritage est une association internationale non gouvernementale sans but lucratif.

 Notre objectif est de défendre le patrimoine culturel d’Asie centrale, de prévenir les pillages et les destructions, de concourir à une gouvernance transparente des biens culturels de la région et à l’ouverture au grand public des collections centrasiatiques.

1/5

Préparation et publication d’un livre sur l’histoire de la photographie au Turkestan russe « Photographie du Turkestan colonial russe réseaux de diffusion et instrumentalisation des images »

 

 

Ce livre, qui fait partie d’un projet ambitieux soutenu par la Gerda Henkel Stiftung, est au centre de mon agenda pour l’année 2019. Je suis en train d’analyser avec Oleg Karpov, un collègue muséologue et collectionneur de Tachkent, le processus qui a permis la constitution de plusieurs corpus de photographies du Turkestan colonial russe du XIXe-début XXe siècle. Outre l’identification des photographes russes, occidentaux et centrasiatiques impliqués, cette étude insistera sur la diffusion de cette production à travers les différentes institutions de plusieurs pays (musées, galeries, fondations, collections privées), sur sa réception à l’époque où les clichés ont été pris et, finalement, sur les études dont ces derniers ont été l’objet, leur instrumentalisation et leur réutilisation jusqu’à nos jours.

 

Préparation et publication d’un livre sur l’histoire de la photographie au Turkestan russe « Photographie du Turkestan colonial russe:    réseaux de diffusion et instrumentalisation des images »

 

 

Ce livre, qui fait partie d’un projet ambitieux soutenu par la Gerda Henkel Stiftung, est au centre de mon agenda pour l’année 2019. Je suis en train d’analyser avec Oleg Karpov, un collègue muséologue et collectionneur de Tachkent, le processus qui a permis la constitution de plusieurs corpus de photographies du Turkestan colonial russe du XIXe-début XXe siècle. Outre l’identification des photographes russes, occidentaux et centrasiatiques impliqués, cette étude insistera sur la diffusion de cette production à travers les différentes institutions de plusieurs pays (musées, galeries, fondations, collections privées), sur sa réception à l’époque où les clichés ont été pris et, finalement, sur les études dont ces derniers ont été l’objet, leur instrumentalisation et leur réutilisation jusqu’à nos jours.

 

1/6

Création d’archives numériques en libre accès en ligne de l’académicienne Galina A. Pugachenkova

 

 

Les fondations Whiting Foundation et Fonds Prince Claus for Culture and Development ont accordé un subside dans le cadre de leur programme « Cultural Emergency Response » pour le projet que je dirige et qui prévoit de sauver et de numériser pour les mettre en ligne en libre-accès les archives de l’académicienne Galina A. Pugachenkova (1915-2007), architecte, archéologue et historienne de l’art qui a laissé un riche héritage scientifique représenté par plusieurs dizaines de livres et des articles scientifiques, de véritables « classiques » pour plusieurs générations de chercheurs, tant en Asie centrale que partout dans le monde. 380 dossiers sous forme de fourres épaisses contenant au total 38 421 feuilles de manuscrits, des tableaux, des cartes, des dessins techniques et des photographies seront scannés, insérés dans une base de données spécialement créée à cet effet et disponible en ligne tandis que les archives originales sur papier seront offertes aux Archives nationales de la République de l’Ouzbékistan (CGA RUz).

 

EISCAS
EISCAS

EISCAS
EISCAS

1/1

Participation au projet international "Eurasian Insights - Strengthening Central Asian Studies in Europe"

 

 

Participation à la rédaction d'un "EUROPEAN HANDBOOK OF CENTRAL ASIAN STUDIES

History, Politics and Societies". Première réunion, Prague, les 21-25 novembre 2018.

.